Échec de la répression

Les deux paliers de gouvernement parlent depuis quelque temps de la décriminalisation des drogues douces et de piqueries légales. Après bien des atermoiements, ils se seraient rendu compte que la répression, contrairement à l’éducation, n’engendre aucune diminution de la consommation des drogues. Pourtant, il semble que la police municipale fasse cavalier seul en exerçant des pressions sur la Ville de Montréal afin que celle-ci augmente les mesures répressives destinées aux partys-raves. Organisme communautaire d’intervention sociale relativement aux psychotropes, le GRIP-Montréal agite le drapeau blanc.

Chronique écrite