Derrière les émeutes, le spectre d’Aristide

Client : LE DEVOIR
Date : 12 avril 2008
Service : Journalisme écrit
Format : Article imprimé et en ligne

Depuis quelques jours en Haïti, les groupes criminels des quartiers populaires ont repris le contrôle des rues. Historiquement très liées au parti Lavalas, des émeutes pro-Aristide seraient en grande partie responsables des violences qui ont assombri les manifestations contre la faim apparues il y a dix jours. On soupçonne aujourd’hui l’existence d’une tentative planifiée de faire tomber le gouvernement du premier ministre Jaques-Édouard Alexis.

Étienne Côté-Paluck

Dans les rues assiégées de Petit-Goâve, un étal de fortune nommé Marché Clorox affichait mardi dernier un prix de vente de plusieurs centaines de dollars pour chaque sac fictif de céréales. La célèbre marque de blanchisseur Clorox est maintenant devenue le symbole des manifestations contre la hausse du coût de la vie. Elle fait référence à une expression populaire assimilant le goût de ce produit à la sensation de faim.

Comme au Salvador, au Cameroun, au Burkina Faso ou en Indonésie, la majorité de la population haïtienne, qui vit sous le seuil de la pauvreté, a subi une importante augmentation du prix des produits de base depuis le début de l’année, surtout celui du pétrole et des céréales. Le sac de riz est ainsi passé, selon l’agence de presse haïtienne HPN, de 750 à plus de 1150 gourdes (de 20 $ à plus de 30 $ environ). Le prix de la marmite de pois serait passé de 125 à 225 gourdes.

Dans un appel au calme lancé mercredi, le président René Préval a surtout montré du doigt les marchés mondiaux, les jugeant responsables de ces hausses. Il a rappelé la nécessité de reconstruire l’agriculture haïtienne, détruite notamment par l’importation massive du riz depuis la fin des années 80.

«Les manifestations qui se sont déroulées à travers les rues de la capitale et de plusieurs villes de province ont surtout été motivées, dans un premier temps, par le désir de lutter contre la vie chère, rapporte le journaliste et photographe Roberto Isaac, de l’agence HPN. Les manifestants demandaient de réduire les prix des produits de première nécessité pour pouvoir se procurer quelque chose à manger. Mais rapidement, cela a pris une tout autre tournure.»

Du vandalisme orchestré

Entamées aux Cayes le 3 avril, ces manifestations, le plus souvent pacifiques, ont rapidement laissé place à des actes de vandalisme orchestrés, selon certains, afin de paralyser le pays et de faire tomber le gouvernement. Le premier ministre Jacques-Édouard Alexis a accusé au départ les trafiquants de drogue. Depuis les émeutes majeures de Port-au-Prince mardi et mercredi, plusieurs casseurs semblent s’afficher comme partisans de l’ancien président Aristide.

«À Port-au-Prince, de nouveaux manifestants issus des groupes organisés de quartiers populaires liés à la Famille Lavalas [le parti d’Aristide] ont montré qu’on assistait à un travail systématique mené par les groupes d’Aristide», affirme le sociologue Laenec Hurbon. Cela s’est d’ailleurs confirmé cette semaine dans les autres villes bloquées le jour par des barricades. Bien que le vandalisme ait cessé à Port-au-Prince depuis mardi, la ville est morte: l’électricité et l’essence n’y sont plus disponibles. Des barricades de fortune étaient encore érigées avant-hier dans quelques villes du pays et les gens attendent une réponse du gouvernement à la menace de destitution du premier ministre par un groupe de sénateurs.

Un lourd passé

Les partisans de la Famille Lavalas ont fait un appel public à des manifestations pacifiques, mais il est connu de tous que, par le passé, ils ont organisé des manifestations violentes grâce au soutien de bandes criminelles des quartiers populaires.

Une forte baisse du respect des droits fondamentaux avait d’ailleurs marqué le dernier passage d’Aristide à la présidence de 2000 à 2004 (élections truquées, liberté d’expression bafouée). À l’époque, plusieurs gangs de jeunes criminels s’en étaient pris violemment à des personnes et groupes critiques des politiques d’Aristide.

«Ils ont toujours procédé ainsi, poursuit M. Hurbon, chercheur affilié au Centre national de recherche scientifique de Paris (CNRS). Si vous lisez bien le message [du nouvel an 2008] d’Aristide, celui-ci demande « même amour », expression signifiant un renforcement des luttes et des pratiques dures contre le régime de Préval afin d’obtenir son propre retour, l’unique solution, selon les lavalistes, pour remédier aux problèmes du pays.»

«Dans les pratiques lavalassiennes, poursuit-il, le mot « pacifique » signifie qu’on peut attaquer les maisons: toute personne qui n’est pas de Lavalas est considérée comme un bourgeois et un riche. Autrement dit, derrière les manifestations des gens qui effectivement ont faim et demandent une baisse des prix des produits de première nécessité, il y a tout un militantisme politique de groupes lavalassiens liés à Aristide qui demandent son retour. Derrière la question sociale, il y a une question politique.»

Mardi, Port-au-Prince a vécu sa plus forte journée de vandalisme depuis l’époque d’Aristide: des magasins, des stations-services, des banques et des médias ont subi un pillage systématique. Mercredi, le chic quartier de Pétion-Ville a aussi connu des actes de saccage. «En Haïti, rien ne se fait par hasard, affirme Roberto Isaac, de HPN. Quelques groupes de personnes ont tenté de s’approprier le mouvement et les gens ne manifestent plus dans les rues pour une réduction des prix des produits; ils s’en sont pris à certains magasins et commerces. C’était la même situation en 2004.»

«Certaines informations nous portent à croire qu’il y a eu une réunion à Cité-Soleil pendant la nuit [de lundi à mardi dernier] pour planifier la journée [suivante]. Je n’étais pas sur place, je n’ai donc pas pu vérifier cette information, mais il semble que certains dirigeants du parti Famille Lavalas, Sò Anne et le père Jean Juste, auraient tenté d’attiser le mouvement.»

Certains groupes du centre-ville de la capitale auraient aussi demandé la levée de tous les contrôles douaniers, mesure qui profiterait aux importateurs, eux-mêmes souvent très proches des mouvances politiques. Le président de la République a d’ailleurs rejeté cette demande lors de son discours mercredi.

Stabilité

Au moment de son accession au pouvoir en 2006, le président René Préval affirmait que ses priorités étaient la sécurité et la lutte contre la corruption, qui permettraient d’attirer les investissements en Haïti et de relancer l’économie. Symbole et fierté de sa présidence, cette stabilité a été ébranlée pour la première fois à Port-au-Prince mardi et en province par la suite.

«Le gouvernement n’a pas été en phase avec les attentes et les angoisses de la population.» – Laenec Hurbon

Depuis le début des troubles, «le gouvernement n’a pas été en phase avec les attentes et les angoisses de la population, explique M. Hurbon sur un ton enflammé. Nous avons assisté à une sorte de disparition, d’effondrement de l’État. Quand la foule n’a pas de bornes et quand tout est possible en politique, cela veut dire que nous sommes en plein danger, en pleine sauvagerie, en pleine barbarie. C’est ce qui est arrivé. Et Préval n’a pas répondu à l’attente de la population.»

Bien que des améliorations ont été apportées récemment à la liberté d’expression et aux droits des femmes, aucune avancée socioéconomique notable ne semble avoir été enregistrée dans le pays depuis la fin du régime dictatorial de la famille Duvalier en 1986.

«Si, effectivement, les manifestants n’avaient vraiment qu’une demande socioéconomique, ils auraient compris qu’il ne faut pas mettre à sac l’ensemble des magasins, des maisons de commerce, précise Hurbon. Ils n’auraient pas attaqué des ministères et des institutions qui n’ont rien à voir avec le problème. Autrement dit, le pays risque de s’enfoncer d’avantage dans la misère, la pauvreté, parce qu’il y aura moins d’investissements après ce qui s’est passé. C’est ça, le fond de l’affaire. C’est la réaction du gouvernement qui me pose problème: il aurait dû comprendre qu’il ne pouvait pas s’éclipser pendant deux jours et attendre pour intervenir. Il aurait dû expliquer que la loi doit assurer la sécurité de la population au quotidien. Dans la journée [de mardi], l’État s’est effondré, puisque tout était possible. Et c’est très dangereux puisque la sécurité n’existe plus pour personne, chacun est obligé de s’enfermer chez soi, et la foule devient ce qu’on appelle une populace.»

Collaboration spéciale